Pas encore inscrit ? | Passe oublié

Bornéo

01/07/1994 | bako my | 0 commentaire |

Bornéo

Intérieur d'une maison Dayak

Un an après un dur labeur, deux mois d'été d'un job de vacances fastidieux et répétitif, le maigre pécule récolté et précieusement mis de côté fut mis à profit pour me rendre dans un pays qui me faisait rêver depuis que deux ans plus tôt, alors que mon professeur d'anglais au lycée eut inscrit tous ses élèves à un organisme d'échange de correspondances internationales, m'était parvenu un courrier venu d'une contrée aussi lointaine qu'inconnue: la Malaisie.

C'était mon premier voyage en avion, destination Kuching, sur l'île de Bornéo. Je suivais un groupe d'une quinzaine de personnes, en voyage semi organisé par la fédération des auberges de jeunesse, mes parents m'ayant opposé une fin de non recevoir lorsque je leur avait fait part de mon intention de partir seul.

Le dépaysement fut total dès la descente d'avion. La petite bourgade à majorité chinoise ne ressemblait à rien de connu et j'eus un plaisir immense à en arpenter les rues, en humer l'atmosphère chaude et moite, les odeurs épicées et me délecter de cette foule jaune et bridée que j'observais de la terrasse d'un café où je goûtais les délicieuses spécialités locales. Remontaient en moi les frissons que m'avaient procurés la lecture des romans de Somerset Maugham et Han Suyin.

L'émotion grandit les jours suivants alors que je m'enfonçais dans la jungle lors d'un trek qui me conduisit au plus profond de la dense forêt, dans le royaume de la tribu Dayak, les coupeurs de tête qui accrochent leurs trophées dans la partie commune de leurs maisons tout en longueur qu'ils partagent à plusieurs familles.

La marche était précédée d'un long trajet en pirogue sur des bras de rivières étroites bordées d'une végétation luxuriante. De loin en loin, un nuage de fumée âcre laissait deviner une présence humaine: quelques maisons de bois parsemaient les rives et des enfants nus plongeaient dans l'eau trouble qui charriait un limon rougeâtre. C'était la saison sèche, le cours était peu profond et il fallait parfois relever le moteur pour pousser l'embarcation dont le bois dur frottait alors à grand fracas contre les galets qui tapissaient le fond de la rivière. La pétarade du moteur interrompue, c'était le bruissement strident des insectes de la jungle qui m'assourdissait. La pirogue nous déposa sur une petite plage formée au coude du cours d'eau: nous allions poursuivre à pied. Il fallut gravir une colline par des chemins étroits que les herbes tentaient de reconquérir après chaque passage d'homme. Le sommet offrait un superbe panorama: la végétation verdoyante s'étendait à perte de vue. Le long de la descente, les restes d'un brûlis, le moyen de culture des habitants de la forêt, précéda l'arrivée au village. L'accueil chaleureux nous consola du peu de confort que nous offrait le logement: nous dormirions sur de vieilles couches moisies étalées dans la partie commune que se partageaient les habitants de la maison. Un repas simple mais frugal, quelques pas de danse traditionnelle et au lit. Ici, on se couchait avec le soleil et on se levait à l'aube. Tant mieux car la marche par forte chaleur et l'air saturé d'humidité avait épuisé les organismes et le lendemain promettait de nouvelles épreuves...

Le trek fut suivi d'un court séjour dans un lodge du bord de mer en périphérie du parc national de Bako. Des chemins balisés autorisaient des ballades dans une jungle aménagée où on pouvait observer quelques animaux exotiques, principalement des singes nasiques. Je préférais la plage de sable immaculée, piquer une tête dans la mer de Chine Méridionale et siroter des cocktails au bar, où je discutais avec un vieil Australien qui me raconta être tombé amoureux de Bornéo dès qu'il y fut débarqué pour en bouter les Japonais lors de la seconde guerre mondiale. Malgré les mises en garde des médecins - il souffrait de paludisme chronique qui l'avait presque achevé à deux reprises - il revenait chaque année séjourner sur l'île. "avec l'Asie, pas de demi mesure, m'affirma-t-il, soit on adore, soit on déteste!" Mon débarquement à moi ne datait que de quatre jours mais je sus que ce continent, je l'adorerai...



 



Ajouter un commentaire


Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier Inscrivez-vous!

Si vous ne souhaitez pas vous connecter, mettez simplement
Votre nom Votre email :


 
05/07/1994 | singapore | 0 commentaire

Singapour

SingapourDeuxième étape du périple, la ville état de Singapour qui étalait sa modernité et quelques vestiges de la colonisation britannique. Si ce n'était la foule compacte de Chinois qui se pressaient à chaque coin de rue, jamais je ne me serais cru à l'autre bout du monde: croissants de Délifrance au petit-déjeuner, boutiques ... Lire la suite

 
08/07/1994 | toba | 0 commentaire

Lac Toba

Lac TobaMon premier séjour à Medan ne dura que l'espace d'une nuit dans un hôtel miteux du centre-ville après une journée de trajet depuis Singapour et un copieux repas pris sur un marché nocturne près de la somptueuse grande mosquée de la ville. Tôt le lendemain sonna le départ pour le lac Toba que j'atteignis l'après-midi ... Lire la suite

 
12/07/1994 | penang | 0 commentaire

Penang

PenangContrairement au reste du pays, dont la majorité des habitants sont d'origine malaise, l'île de Penang est à dominante chinoise. En témoignent les petites boutiques typiques du centre de Georgetown , sa capitale, aux marchandises débordant sur des trottoirs en forme de longs corridors qui mènent inexorablement vers la merveille architecturale de la ... Lire la suite

 
14/07/1994 | kota baru my | 0 commentaire

La côte est - Kota Bharu et Marang

La côte est - Kota Bharu et MarangAlors que la côte ouest de la péninsule m'avait parue prospère et plutôt à dominante chinoise, le pénible périple nocturne dans un bus pourtant confortable me fit découvrir au petit matin un tout autre pays, plus pauvre et peuplé de malais musulmans. Les femmes étaient vêtues des sarongs traditionnels et voilées, les ... Lire la suite

 
21/07/1994 | melaka | 0 commentaire

Melaka - Malacca

Melaka - MalaccaMelaka est sans doute l'une des villes les plus remarquables d 'Asie du Sud Est qu'il m'ait été donné de visiter. J'y suis retourné à plusieurs reprises et elle n'a cessé de s'embellir depuis qu'elle est entrée au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2008. Colonisée tour à tour par les Portugais, les Hollandais et les Anglais, elle ... Lire la suite

 
24/07/1994 | kualalumpur my | 0 commentaire

Kuala Lumpur

Kuala LumpurLa dernière étape d'un périple me laisse toujours un sentiment de malaise, partage de joie de rentrer à la maison, de nostalgie naissante et un goût d'inachevé tant j'aurais aimé prolonger l'aventure de la découverte de nouveaux lieux, de nouvelles rencontres. Et comme toujours, aéroport international oblige, le final se passait dans ... Lire la suite

Devenez Tripper !
Mes trips Carte de mes trips
© 2017 Tripper-Tips.com | CGU | Pub | Contacts | Support | Partenaires |Tripper-Tips.com en page d'accueil